Isolation des murs périphériques…suite et fin!

Salut,

L’inconvénient d’être hors d’eau et hors d’air, c’est qu’on bosse tous les soirs du coup!! On trouve pas 5 minutes pour mettre à jour le blog… voici donc quelques photos de la suite de l’isolation des murs périphériques (murs en briques) et de la pose du pare vapeur.

Les 160mm d’isolant sont posés, on ne le voit plus ici car le pare vapeur en blanc le recouvre. On remarque les rails métalliques verticaux qui forment le vide technique dans lequel on va passer nos gaines et isoler (encore) avec 40mm de laine de bois…



P1050319

P1050312 P1050320

 

Pose des 100mm d’isolant dans les cloisons intérieures qui séparent principalement les chambres. ça devrait bien isoler acoustiquement…et éviter que les invités entendent Thomas ronfler.. 🙂P1050311

 

Petit détail sur la mastic en vert qui permet d’assurer une bonne étanchéité du pare vapeur avec le sol. P1050315

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Vous avez un beau projet et un blog qui est très bien fait.
    Un détail a retenu mon attention et j’aurai aimé avoir des infos précises sur sa mise en oeuvre : la pose du frein vapeur en cloison de doublage.
    – Comment le poser de manière bien jointive sous l’ossature métallique ?
    (Le scotch entre chaque lé doit être bien marouflé, comment le faire correctement sur un support souple comme la laine de bois.)
    – Dans quel ordre avez vous procédé pour la pose de ces différents éléments ? (pare vapeur, scotch, cordon de colle au sol, rails haut et bas, montants…)
    Si vous avez un moment pour me renseigner cela pourrai m’être très utile pour notre projet de rénovation, merci d’avance.
    Pascale

    • Bonjour Pascale,
      Un grand merci pour votre commentaire!!
      Je vais essayer de répondre à votre question dans ce commentaire mais j’essayerais aussi de prendre le temps d’ajouter une partie de ces explications directement dans l’article du blog…
      Pour la pose du frein vapeur, c’est tout d’abord franchement très long à faire… A voir si la solution par enduit d’étanchéité (type Mono’air) directement coté intérieur du mur porteur n’est pas plus intéressant…
      Cela dit, j’ai commencé par poser le frein vapeur au plafond, j’y ai ensuite scotché une lé d’environ 50cm de large en périphérie du mur (25cm sur le plafond, 25cm de retombé), elle doit être scotchée à une certaine distance du mur porteur qui correspond à l’épaisseur d’isolant +25cm (chez moi c’était 16cm+25cm). Bien faire les angles à ce moment là, c’est franchement pas évident: origami style ;-).
      Ensuite, j’ai fixé le rail supérieur de la cloison périphérique au plafond de façon à coincer la lé de frein vapeur et permettre à la partie de 25cm de retomber coté Mur.
      Pose des bloc de laine de bois, elle est semi rigide donc l’empilement des blocs tient tout seul contre le mur.
      Poser ensuite les lés verticales de frein vapeur en scotchant en haut la partie qui retombe devant la laine de bois
      Coller les lés entres elles verticalement: la laine de bois est suffisamment rigide pour bien maroufler à la main (pas possible d’utiliser une roulette par contre).
      Poser les rails de sol en coinçant le frein vapeur et en le tendant bien.
      Coller au sol avec le mastic la partie de frein vapeur qui dépasse du rail (coté intérieur)
      Dans mon cas, j’ai choisi d’utiliser des rails de 48mm afin de passer mes gaines elec coté intérieur sans percer le frein vapeur.
      En partant de l’extérieur, le mur est donc composé comme cela: Crépis, Mur en brique de 20cm, laine de bois 16cm, frein vapeur, cloison rails de 48mm avec 40mm de laine de bois, placo

      n’hésitez pas si vous voulez plus d’informations… et bon courage pour votre projet!

      Thomas

  2. Bonjour,
    Nous sommes également auto-constructeurs (murs greb : ossature bois – isolation paille) et nous souhaitons placer 40 mm de laine de bois dans l’espace technique où passeront les câbles et canalisations entre le frein-vapeur hygrovariable et le placo (essentiellement pour éviter la résonance). Nous avons juste une inquiétude concernant la vulnérabilité de la laine de bois non protégée par le frein-vapeur, notamment dans les parois de la salle de bain et de la cuisine. Pouvez-vous nous rassurer ou avez-vous constaté des problèmes à ce niveau ?
    Merci et bravo pour votre blog !

    Elian & Sarah

    • Bonjour à vous Elian et Sarah et merci pour votre commentaire!!
      Murs greb ça donne envie! vous faites quoi en revêtement extérieur du coup? Bardage ou enduit? Si vous avez des infos, photos du projet ça m’intéresse! Et surtout quand vous aurez pratiqué, votre retour d’expérience sur la mise en œuvre des murs greb!! 😉
      C’est une technique qui me donne envie, mais j’ai peur pour le temps nécessaire à la mise en œuvre…

      Sinon pour revenir à votre question, je n’ai rien constaté de critique concernant l’absorption d’humidité par la laine de bois, pas de traces dans les salles d’eau…
      Je pense que ça ne risque rien pour plusieurs raisons:
      – la VMC est là pour virer l’air humide… 🙂
      – Si l’humidité se bloque contre le frein vapeur, elle ne doit pas condenser car le frein vapeur est loin de la température de rosée. Pas d’apparition d’eau dans l’isolant et l’humidité pourra se relâcher dans la pièce quand son niveau d’humidité va baisser.
      – Pour avoir eu de l’isolant semi rigide en laine de bois qui a trempé dans de l’eau suite à une fuite, je peux dire qu’il sèche bien avec un faible taux de retrait et faible apparition de moisissures… donc même si par malheur il se mouille, l’isolant tiendra le coup je pense…

      Ce n’est que mon avis de bricoleur 😉

      Bon courage pour la suite du projet!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *